Interprétation du thème d’Edgar Cayce

Les astralités d’Edgar Cayce

Un thème dominé par les planètes invisibles et les derniers signes

Edgar Cayce naît aux Etats-Unis le 18 Mars 1877 à 15h30 à Hopkinsville (Kentucky) dans une famille de fermiers. Plusieurs configurations importantes se dégagent immédiatement de son thème. En premier lieu la quadruple conjonction Soleil Vénus Mercure Saturne en Poissons et la triple conjonction Lune Neptune Pluton en Taureau. On relève ensuite que l’Uranus en Lion à l’Ascendant est carré à Pluton /MC. Il faut enfin noter la position du Soleil, maître d’Ascendant, en maison VIII. Par ailleurs la quarte d’Air est suroccupée (6 planètes) et les signes pairs (Poissons Taureau Capricorne) dominent ce thème.

Analysons d’abord la triple conjonction Lune Neptune Pluton. La conjonction Lune Neptune est un indice de réceptivité, de grande sensibilité, de fécondité, de sensualité, d’ouverture sur les archétypes. La conjonction Lune Pluton, de son côté, souligne que le natif vit dans l’invisible et l’universel et peut se mettre facilement à distance du concret. La présence de cette conjonction eu Taureau indique que le natif a besoin de toucher du doigt et de rendre palpable cet autre monde qui nous est le plus souvent inaccessible. Souvenons-nous que Jung qui a exploré et mis en évidence le monde des symboles et des archétypes était marqué par cette configuration.

Cette triple conjonction de Lune Neptune Pluton, de ces trois planètes qui ont maîtrise sur les signes d’Eau, est située en maison X, la maison de la profession et en maison IX, la maison des voyages. Il s’agira avec de telles planètes bien plus de voyages de l’esprit que de voyages physiques. La présence de Lune Neptune  dans cette maison IX qui a trait à l’Homme dans toutes ses dimensions, nous informe que le natif se passionne pour la dimension la plus cachée et la plus universelle de l’humain. Pluton n’est pas seulement en conjonction à la Lune ; ce maître de la IV est conjoint au Milieu du Ciel et, qui plus est, le Soleil est en maison VIII. Cayce est, on ne peut plus, plutonien. C’est un Poissons qui vient de Pluton et qui va vers Pluton. Du Plutonien il a le côté sauvage. Ce non conformiste, effacé en société, trouve son plaisir au contact de la nature (le jardinage et la pêche sont ses passe-temps favoris).

Cet être tourné vers un ailleurs a une exigence d’absolu. Celle-ci est apparue dès son jeune âge, à 7 ans, au moment du transit de Neptune sur Pluton. Alors qu’il lisait la Bible dans son petit refuge, en pleine nature, il entendit soudain une musique et une apparition se matérialisa dans la lumière, tandis qu’une voix disait : « Tes prières ont été entendues. Que veux-tu que je te donne ? ». L’enfant, très à l’aise, et à qui il ne semblait pas surnaturel de voir des apparitions, répondit : « J’aimerais simplement être utile aux autres, surtout aux enfants malades, et j’aimerais aimer mes frères, les hommes ». Il réalisera plus tard ce vœu d’enfance.

De par la quadruple conjonction Mercure Saturne Vénus Soleil en Poissons Edgar Cayce est un être détaché, « froid », endurant, prêt à se sacrifier pour les autres. Il est tolérant, confiant dans la providence. C’est un réceptif qui va réussir des exploits absolument étonnants. Il prévoit longtemps à l’avance crises et guerres. Il trouve le remède miracle qui évite la cécité à son fils, qui guérit sa femme qui se meurt de tuberculose, qui redonne l’intelligence à une enfant devenue arriérée mentale.

Son parcours professionnel est bien dans la ligne Poissons. Dans sa jeunesse, ce passionné de la Bible (il la lisait en entier chaque année) souhaitait être pasteur. Mais ses difficultés scolaires l’en empêchèrent. Longtemps il va se chercher. Il va travailler successivement dans la ferme d’un de ses oncles, être vendeur dans un magasin de chaussures ou dans une librairie, être représentant pour une papeterie et pour le cabinet d’assurances de son père. A la suite d’une aphonie qui lui rend impossible tout contact avec le public, il commence à travailler comme photographe. C’est cette activité (tout à fait vénusienne) qu’il développera par la suite. Mais il ne sera jamais vraiment satisfait par ces activités. Il lui était nécessaire, en dehors de ses activités professionnelles, de pratiquer ces fameuses « lectures » ; sinon il était malade. C’est seulement à partir de 46 ans qu’il put vivre uniquement de ses dons médiumniques.

Avec une telle dominante humide (Taureau Poissons Vénus Neptune) en quarte d’Air les sentiments occupent une place de choix dans sa vie ; son affectivité est empreinte d’idéalisme, de mystique. Il trouve à 22 ans (Saturne Carré Saturne Vénus) la compagne qui sait le mettre à l’aise. Son mariage avec cette femme qui partage ses goûts (notamment pour le travail biblique) va durer 45 ans.

Si l’axe vertical nous indique que Cayce vient de Pluton pour retourner à Pluton, l’axe horizontal souligne l’importance d’Uranus. Mais cet Uranus en Lion qui, maître de VII se trouve en I, est la seule planète de ce thème en signe impair. Il aura bien du mal à s’exprimer. C’est par à-coups qu’il va jouer. Ce « froid » habituellement patient et disponible, s’enflamme tout d’un coup. Cet être susceptible, écorché vif peut alors s’emporter contre ceux qui le contrarient.

Ce thème fait tout particulièrement ressortir la contradiction majeure entre un côté conciliant, lymphatique, abandonné au naturel, ouvert sur l’inconscient et un côté concentré, déterminé, réalisateur. Cette contradiction se présente à plusieurs reprises dans le thème. Le Soleil (Feu) maître d’Ascendant est en Poissons (Eau) et en maison VIII (Eau) ; Uranus (Feu) à l’Ascendant en Lion (Feu) est en maison XII (Eau) ; il est également en carré de Pluton, maître symbolique de VIII (Eau). Le natif doit tout à la fois exprimer sa sensibilité extrême et déployer son énergie. Mais il lui est indispensable de canaliser cette énergie dans tout ce qui touche la dimension symbolique et archétypale. Quand Cayce ne parvient pas à marier l’Eau et le Feu cela se traduit immédiatement chez lui par des troubles psycho- somatiques : il souffre d’affreux maux de tête, de douleurs stomacales, ou il perd la voix (faiblesse tout à fait typique du Taureau). Mais ces symtômes s’atténuent ou disparaissent dès qu’il pratique ses fameuses « lectures ».

Voici deux périodes de la vie du célèbre médium où se présente tout particulièrement cette problématique Feu-Eau.

En 1901 le cycle Uranus Pluton en est à sa phase d’opposition. Cayce qui est né au Carré croissant de ce cycle, consulte médecins et hypnotiseurs pour son aphonie mais rien n’y fait. Mais voici que Layne, un guérisseur osthéopathe, remarque qu’il résiste fortement quand les hypnotiseurs cherchent à l’endormir. Le 31 mars 1901  ce guérisseur l’incite à s’endormir et le prie d’effectuer lui-même la suggestion hypnotique. Cayce réagit immédiatement à la suggestion qui lui enjoint de s’ordonner à lui-même de parler normalement. Les personnes présentes l’entendent soudain préciser la cause de son aphonie et préconiser un traitement pour la soigner. Layne lui suggère de commencer le traitement. Aussitôt dit, aussitôt fait et, à la surprise de tous, il guérit sur le champ de son mal. Layne, fortement impressionné par cette expérience, est désireux de savoir si Cayce peut obtenir le même résultat sur une autre personne. Cayce peut-il parvenir à lui décrire ses propres maladies et lui trouver les thérapeutiques appropriées pour les guérir ? La lecture est décidée pour le lendemain, le 1er Avril. Cette seconde expérience est tout à fait concluante. Cayce indique avec une précision stupéfiante les points faibles de Layne et lui prescrit un traitement que le guérisseur va commencer immédiatement. Une semaine plus tard, l’état de santé de Layne s’est notablement amélioré. C’est le succès immédiat à Hopkinsville. Layne et Cayce ouvrent un cabinet de consultation, où Cayce donne des « lectures » deux fois par jour. Layne prépare les remèdes et « conduit » les « lectures ». Bientôt ont lieu des « lectures » données pour des absents que Cayce « voit » à distance. Il faut préciser que Cayce qui n’est pas Poissons pour rien effectue toutes ces « lectures » gratuitement.

Une autre période importante se situe entre 1923 et 1926.

Un léger retour en arrière nous est d’abord indispensable. En 1917, au moment du Carré de Saturne Neptune à Neptune et de l’opposition d’Uranus à Uranus, David Kahn, un des bons amis de Cayce, perd son frère parce qu’aucun médecin n’a voulu appliquer le traitement prescrit par Cayce. Depuis ce jour Kahn est persuadé de la nécessité de créer un hôpital et cherche à réunir les fonds pour faire construire cet hôpital où des médecins compréhensifs pourraient appliquer les prescriptions de Cayce.

Ce rêve va se réaliser avec les transits simultanés de Neptune et d’Uranus. Le transit de Neptune (Eau) sur Uranus (Feu) se déroule de 1923 à 1927 tandis que le transit d’Uranus (Feu) sur le Soleil Poissons en VIII (Eau) a lieu en 1926 et 1927. C’est en 1923 qu’Arthur Lammers fait venir Cayce avec sa famille à Dayton (Ohio) et lui commande toute une série de « lectures ». A partir de cette période le médium commence enfin à vivre uniquement de son don. Les Cayce, un peu plus à l’aise financièrement, engagent une secrétaire : Gladys Davis. Désormais c’est cette secrétaire complètement dévouée qui conduira toutes les « lectures » du célèbre médium. Fort heureusement toutes les retranscriptions de ces lectures ont été soigneusement conservées.

Morton Blumenthal, un ami de David Kahn qui est un important agent de changes de New York, va offrir les fonds nécessaires à la construction de l’hôpital. Il installe en 1924 la famille Cayce à Virginia Beach, ville que les « lectures » ne cessent de conseiller. L’ »Association National Investigators » est créée le 6 mai 1927 pour mettre sur pied l’hôpital. Quelques mois plus tard, c’est l’inauguration officielle de cet hôpital révolutionnaire suivi bientôt par la création d’une université qui poursuit le même but que l’hôpital. Malheureusement, Blumenthal étant ruiné par la crise de 1929, quitte le groupe. Faute de subventions, l’hôpital et l’université vont rapidement fermer.

En conclusion on peut noter que dans la vie étonnante de Cayce « les autres » ont eu une importance capitale. C’est pour eux, par eux et avec eux qu’il a agi. Cet être, confiant dans la Providence, fut un témoin de l’invisible. Pour nous qui sommes en train de vivre les premières transformations liées à la conjonction Uranus Neptune la lecture de l’œuvre d’Edgar Cayce (marquée, entre autres, par Uranus et Neptune) peut nous être d’un précieux secours. Plus de 14 000 « lectures » ont été conservées ; nous disposons là d’une véritable mine pour nous aider à vivre une vie plus épanouie, plus sereine et plus équilibrée. Cayce attire notre attention sur des choses simples et à notre portée : une vie saine au contact de la nature, un régime alimentaire équilibré, une vie plus confiante et plus conviviale, une ouverture sur la spiritualité.

 

Article tiré du N°106 (2ème trimestre 1994) de la revue l’Astrologue, revue publiée par les Editions Traditionnelles       (Tél : 06 77 55 74 19 – site : www.editionstraditionnelles.fr/ )

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *