L’arbre généalogique du milieu astrologique français

Larbre généalogique du milieu astrologique français

Yves Lenoble

Rares sont les astrologues français à sintéresser au milieu astrologique sous langle généalogique. Pourtant cette approche est riche denseignements. Je voudrai profiter de ce congrès pour explorer avec vous notre passé. Il est important de « se souvenir », de nous rappeler doù nous venons, dêtre conscient de ce que nous avons reçu pour à notre tour transmettre lhéritage en le faisant fructifier selon nos talents et les besoins de notre époque.

I UN DEMI-SIECLE DOMINE PAR LASTROLOGIE SCIENTIFIQUE (1900 1939)

A) Les pionniers de la renaissance et de la modernisation

Lastrologie est tombée en désuétude en France pendant le XVIIIème et le XIXème siècle. Aussi, au moment de la renaissance de lastrologie, à la fin du XIXème siècle, lune des premières tâches a été de « restaurer » lastrologie. Fomalhaut dans son Manuel dastrologie sphérique et judiciaire (1), redonne la parole à Ptolémée. Son manuel suit pas à pas La Tétrabible de Ptolémée, cette oeuvre du deuxième siècle qui, étant le livre de référence des astrologues, a été abondamment commenté pendant près de quinze siècles. A la même époque Henri Selva traduit le XXIème livre de lAstrologia Gallica (2) de lastrologue français Morin de Villefranche. Cet astrologue mathématicien à la cour de Louis XIV a relu de manière critique Claude Ptolémée et a composé, à son tour, en latin une œuvre immense dont une infime partie a seulement été traduit en français.

Mais à la même époque lastrologie entend se moderniser et se différencier des sciences occultes. Paul Flambard (1867 1930) a dominé les trente premières années du XXème siècle. Il juge nécessaire de lutter pour lautonomie de lastrologie qui souvent est mélangée à lonomancie, au tarot, à la kabbale. Pour faciliter les recherches statistiques il modifie la représentation du thème, prenant comme base non plus les planètes en maisons mais les planètes en signes. Choisnard – cest le nom qui se cache sous Flambart – entend reprendre Ptolémée et ne garder que ce qui est vérifié par lexpérimentation et prouvé par la statistique. Ces nouvelle idées sont consignées dans plusieurs ouvrages, notamment dans son traité Le langage astral  (3).

Il est intéressant de noter que pratiquement tous les astrologues ont des pseudonymes pendant la première moitié du XXème siècle. Barlet cest Albert Faucheux, Fomalhaut cest labbé Nicollaud, Abel Haatan, cest Abel Thomas, Henri Selva cest André Vels, Rumélius cest Armand Barbault, Don Nécroman cest Rougié et Symours, cest Conneau. La mode va se perpétuer après guerre avec Hadès et Hieroz, respectivement Alain Yaouanc et Jean Rozières. Lastro-psychologie va cesser dadopter cette mode typique des prêtre, ingénieur et professeur de lettres de la première moitié du XXème siècle qui voulaient rester discrets.

B) La génération SAF (Société dastrologie française)

Daprès le vicomte Herbais de Thun qui a écrit un ouvrage (4) racontant par le menu tout le détail de ce qui sest passé dans le milieu astrologique pendant la première moitié du vingtième siècle, la vie associative astrologique ne prend vraiment corps que le 24 Novembre 1927, date à laquelle le colonel Maillaud crée la société dastrologie française (S.A.F.). On retrouve dans cette association qui se réunit tous les mois et qui publie une petite revue. les grands noms de lastrologie française : Choisnard et son jumeau Eudes Picard, Selva, Gouchon, Volguine, Janduz. En 1929 se déroule une polémique entre le Colonel Maillaud et Janduz, qui aboutit à lexclusion de Janduz, tout cela semble-t-il parce que Janduz (le pseudonyme de Jeanne DUZEA) avait mentionné dans son livre° « Méthode dinterprétation du Bélier et de Mars » le nom du colonel Maillaud sans son autorisation. Je signale ce petit détail parce quil témoigne déjà de la susceptibilité excessive des astrologues français.

LA SAF organise en 1937 à Paris pendant lexposition universelle un congrès international dastrologie scientifique. Il y aura 60 communications, 250 congressistes ; 23 nations représentées. En labsence du colonel Maillaud malade-, cest André Boudineau qui préside ce congrès. La plupart des titres des communications témoignent du souci de rendre lastrologie scientifique. Nous voyons à quel point nos prédécesseurs ont le souci dadapter lastrologie à la mentalité moderne.

Il est important de signaler que Don Necroman avait organisé en Juin 1937 un « Congrès international dastrologie rationnelle ». Cet astrologue qui avait une petite association entendit profiter de la publicité faite autour de ce premier congrès international pour récupérer quelques semaines avant une partie du grand public intéressé par lastrologie. il y eût cinq mois plus tard en Novembre 1937 des exclusions : le trésorier Camiade, Gouchon, Mme de Télème. Il sensuivit le 8 Juin 1938 la création dune association concurrente lUnion Française dAstrologie (lU.F.A.) avec De Camiade, Mme de Télème, Lasson (président), Caslant (Président dHonneur). La guerre allait mettre fin à la vie de ces deux associations.

Date importante : en janvier 1938 Volguine fonde une revue astrologique bimensuelle les Cahiers Astrologiques.

II LA GENERATION DE LASTROPSYCHOLOGIE (1946 1974)

A) Les Cahiers astrologiques

La guerre va marquer linterruption de toute activité astrologique. Les réunions de la SAF nont plus lieu. Les Cahiers astrologiques cessent de paraître. De grands astrologues meurent pendant la guerre (Caslant, Selva, Krafft). Alexandre Volguine refait paraître Les Cahiers astrologiques dès Janvier 1946, revue qui va paraître tous les deux mois pendant trente ans.

Nous fêtons ce mois-ci le centenaire de sa naissance. Loccasion de rendre hommage à cet être à lesprit encyclopédique qui se dévoua à la cause astrologique et qui donna la parole à bon nombre dastrologues, même sil ne partageait pas ses opinions… Outre cette revue, Volguine publiera un douzaine de livres sur les sujets les plus variés. Il va être également éditeur, publiant des ouvrages que les autres éditeurs nauraient jamais publiés : par exemple Lastrologie selon J.B. Morin de Villefranche de Hiéroz.

B) La génération CIA (Centre International dAstrologie)

Linfluence de Choisnard reste présente en 1946 puisque lassociation fondée juste après la guerre, le 7 Octobre 1946 à 13h à Sèvres, inclut le mot « scientifique » dans son titre : Centre International dAstrologie Scientifique ( CIAS ). Le premier président Jan de Niziaud indique que ce centre est la réalisation de la pensée dEdouard Symours. Ses buts : rassembler des données ; expérimenter ; mettre sur pied un ordre des astrologues. Le CIAS comprend six sections, la section psychologie est particulièrement active. Cette section dirigée par André Barbault poursuit pleinement les deux premiers buts indiqués dans les statuts du CIAS. Elle poursuit également dautres buts : construire linterprétation ; édifier la symbolique de chaque planète. Le « S » de CIAS est vite jugé inutile et dès 1947 le CIAS devient tout simplement le CIA, Centre International dAstrologie.

André Barbault sait être un véritable animateur de la vie astrologique. Tous les samedis, 15 à 20 passionnés dastrologie se retrouvent dans son petit studio de la rue Mouffetard pour parler astrologie, lancer de nouvelles idées, les soumettre à la critique parfois féroce des amis. Il anime avec son ami Jean Carteret les réunions bihebdomadaires du CIA, et devient le porte parole efficace de cette astrologie psychologique. La section psychologie publie coup sur coup : 450 thèmes de musiciens, recueil de peintres, analogie de la dialectique Uranus-Neptune (6), Jupiter et Saturne, Soleil et Lune. Signalons au passage que la dominante uranienne et neptunienne du thème du CIAS-CIA se retrouve également dans les thèmes des astrologues constituant le noyau du CIAS-CIA (Barbault, Santagostini, Carteret). Jai déjà évoqué cette similitude dans une conférence du congrès sep Hermès consacré en Novembre 1997 à la synastrie (pour plus de détails se reporter aux actes de ce congrès).

De même que la SAF a organisé le quatrième congrès international en 1937, le CIA soccupe en 1953 de lorganisation du septième congrès international qui durera près dune semaine entre le 28 Décembre et le 2 Janvier 1954 (7). Il y eût une centaine de participants pour entendre des astrologues de sept pays, la comtesse autrichienne Zoé Wassilko facilitant les échanges grâce à sa connaissance des langues. Peut être y aurait-il eu davantage de participants si Alexandre Volguine navait pas refusé dannoncer ce congrès dans les Cahiers Astrologiques.

Les rapports entre le CIA et les Cahiers astrologiques vont saméliorer après ce congrès. Le CIA a besoin de pages dans une revue et les Cahiers astrologiques ont besoin dabonnés. Un accord va être trouvé. La revue publie le compte rendu des réunions bimensuelles du CIA et, en échange, la plupart des membres du CIA sabonne aux Cahiers. Pendant cette période dheureuse collaboration la revue va sétoffer et publier trente numéros spéciaux thématiques entre 1957 et 1967, dont plusieurs consacrés à lastrologie mondiale et à lastrologie médicale. Le sommaire de chaque cahier est consultable sur le site de la FAES (24).

Pendant que se développe un courant dastropsychologie, Michel et Françoise Gauquelin, deux chercheurs en statistique réunissent plusieurs milliers de données de naissance. Leurs travaux font apparaître pour certaines professions une surfréquence de certaines planètes au lever ou à la culmination supérieure (Mars pour les militaires par exemple). Même si les Gauquelin nont jamais voulu être considérés comme des astrologues, leurs travaux ont toujours beaucoup intéressé la communauté astrologique. Dans leur premier livre (8) ils ont parlé de Choisnard en le critiquant, indiquant par là leur filiation avec le courant de lastrologie scientifique.

Lastrologie psychologique a le vent en poupe. André Barbault sait vulgariser lastrologie auprès du grand public. Grâce à lappui de lécrivain François Régis Bastide il parvient à publier aux Editions du Seuil, en 1955, douze petits volumes consacrés à la symbolique des signes. Le vif succès de ces volumes tirés à plusieurs millions dexemplaires permet à André Barbault de publier en 1961 louvrage théorique de lastropsychologie écrit déjà depuis quinze ans et quil na pu réussir à éditer : « De la psychanalyse à lastrologie » (9). A la même époque les Editions du Seuil lui commande un traité dastrologie quil écrit en quelques mois. Ce livre (10) qui connaît un véritable succès sera traduit en italien, en espagnol et en portugais, succès qui ne sest pas démenti depuis plus de quarante ans. 

Tout en sappuyant sur des données traditionnelles, ce traité reprend, quand on y regarde de près, bien des principes de Choisnard : importance de langularité des planètes,  concentration sur ce qui a un fondement astronomique (dix planètes, douze signes, douze maisons et les aspects majeurs) ; pratique dune astrologie expérimentale.

Barbault et Choisnard présentent en effet bien des points communs. Comme Choisnard, Barbault a le même souci de désocculter lastrologie et la défend avec les mêmes talents de polémiste notamment en sappuyant sur le constat statistique des Gauquelin.

Tous deux sont à la recherche de corrélations solides. André Barbault a sans cesse recours à la méthode comparative pour dégager de nouvelles significations aux planètes, aux planètes en signes, etc. comme pour, au niveau de lastrologie mondiale, établir des corrélations entre les phases des cycles planétaires et les évènements de lhistoire (11).

Les livres qui vont être écrits par la suite ne pourront sempêcher de se référer aux ouvrages dAndré Barbault. Il est donc du plus haut intérêt de voir quels sont les maîtres de Barbault. Au niveau astrologique :  Choisnard et, plus avant, Morin et Ptolémée ; au niveau psychologique : Freud, Allendy.

Le Traité pratique dastrologie (10) joue le rôle de catalyseur. Chaque astrologue qui écrit se situe par rapport à cet ouvrage. Claire Santagostini, une ancienne élève et collaboratrice dAndré Barbault , critique en 1965 dans Horoscopie cartésienne (12) ce traité pratique quelle trouve trop analytique et prône beaucoup plus de globalité dans la pratique de lastropsychologie. Cette même année 1965 Jean-Pierre Nicola publie son premier ouvrage La Condition Solaire (13) . Ce chercheur qui considère comme essentiel darticuler convenablement le conditionnement cosmique avec les autres conditionnements (sociologique, biologique, etc.) sintéresse aux corrélations entre la typologie de Pavlov et les types zodiacaux.


1965, c
est aussi la sortie du livre antiastrologique de Gauquelin « Lastrologie devant la science ». Volguine, Barbault et Nicola sassocient pour critiquer le brulôt de Gauquelin.

1965, lannée de la conjonction Uranus-Pluton, est en fait une année clé. Cest en quelque sorte lannée où plusieurs astrologues se définissent et se différencient les uns des autres. La longue période de lentente cordiale touche à sa fin et ne va plus durer que quelques mois.

C) La période des conflits ouverts (1967 1974)

Cest au moment où lastrologie intéresse de plus en plus le public et commence à se vulgariser quéclate en 1967 le conflit entre Barbault et Volguine, entre le CIA et les Cahiers astrologiques. Barbault participe en 1967 à la création dOrdinastral, une société qui délivre des thèmes par ordinateur. Parce quil a prêté son concours à la création de cette société il est critiqué par plusieurs de ses confrères. Il démissionne de sa fonction de vice-président du CIA.

Avec cette démission, une page se tourne ; le CIA perd son âme. André Barbault accepte néanmoins dêtre rédacteur en chef de la revue créée par le CIA et publiée par les Editions Traditionnelles, lAstrologue. Il va maintenant mettre toute son énergie dans le succès de cette revue.

Le CIA confie à Jacques Berthon, Jean-Pierre Nicola, Paul Colombet et Régine Ruet de créér une école, le CEFA (Centre dEnseignement et de Formation à lAstrologie). Jusque là les astrologues restaient confinés dans leur petit milieu. Maintenant ils adoptent une attitude plus active vis à vis de la société. Néanmoins des tensions surgissent entre eux car ils nenvisagent pas du tout lavenir de la même manière.
Berthon n
a pas sur le plan juridique et financier les mêmes conceptions que Nicola, cest la crise au CEFA. Berthon crée son école, lEcole Supérieure dAstrologie de Paris (ESAP) tandis que Jean-Pierre Nicola donne en 1972 une orientation conditionaliste au CEFA en intégrant à léquipe de professeurs Yves Lenoble et Max Lejbowicz. Il faut signaler que Claire Santagostini faisait déjà cavalier seul et quelle avait créé en 1967 avec François Villée son école dastrologie globale, lA.I.A. (Académie Internationale dAstrologie). En 1974 cest le conflit ouvert entre Barbault et Nicola.

Nous sommes loin de cette période dentente cordiale où Barbault, Carteret, Gauquelin, Nicola, Volguine, Santagostini et tant dautres coexistaient pacifiquement. Le milieu astrologique a volé complètement en éclat en un laps de temps de sept ans. Les conflits qui ont eu lieu pendant ces sept ans marquent à mon sens encore linconscient du milieu astrologique, notamment les conflits Barbault-Volguine et Barbault-Nicola.

III LA STRUCTURE EN RESEAU DE LASTROLOGIE FRANCAISE CONTEMPORAINE

A) Renaissance des congrès

Un jeune astrologue, Patrice Louaisel créé en 1974 au sein du CIA un laboratoire de recherches en astrologie qui va devenir le Geras (groupement détude et de recherche en astrologie scientifique). Tiens, tiens : le « S » DE CIAS abandonné par le CIA refait surface… Alors que le CIA est parisien, le GERAS se développe surtout en province… Ce groupe à tendance œcuménique subira de plus en plus linfluence dun courant qui est en train de se développer, le courant dAlex Ruperti partisan dune astrologie humaniste. Aussi le. GERAS deviendra en 1982 le GERASH (groupement détude et de recherche en astrologie scientifique et humaniste).

LISAR, une association astrologique américaine, et Jacques Halbronn, vice-président du CIA organisent en 1974 à Paris à lHôtel le Méridien un congrès qui fera date. Interviennent à ce congrès : Barbault, Ruperti, Nicola, Colombet, Ruet, Halbronn, Louaisel, De Surany. Jy donne ma première conférence. Il est intéressant de remarquer la présence de la jeune génération parmi les organisateurs et les conférenciers. Ce congrès inaugure la série ininterrompue des congrès astrologiques.

Jacques Halbronn, en 1976, démissionne du CIA, crée le Mouvement Astrologique Universitaire (M.A.U.) et organise chaque année un congrès (14). En 1977, le CIA décide de sa dissolution et certains des membres de léquipe restante décide de reprendre le nom de SAF. Mais Jacques Halbronn profite de la maladie de Paul Colombet pour déclarer avant lui la SAF à la préfecture. Lassociation dirigée par Paul Colombet est obligée de renoncer à sappeler la SAF pour sappeler la SFA (la Société Française dAstrologie). Cette association va, elle aussi, organiser chaque année un congrès. Colette Cholet qui accueille chaque été des stages dans sa maison de Dieulefit (Drôme), va à la mort de Paul Colombet prendre les rênes de lassociation.

Je crée mon école en 1975 et je misole de lambiance de combats fratricides en créant en 1977 lAssociation pour la Recherche des Rythmes Cosmiques (A.R.R.C.) qui organise une réunion mensuelle où interviennent tour à tour les divers acteurs de lastrologie française.

B) Les années 80 : développement dune vie associative astrologique structurée en réseau

Le GERAS se développe, multiplie ses cercles locaux, développe sa banque de données et se dote dune revue : Astralis. Mais différents courants astrologiques apparaissent en France dans les années 80.

Un courant dastrologie karmique se développe avec Irène Andrieu (15) qui, en 1982, publie Initiation à lAstrologie dévolution et crée à Paris son école. Ce courant accorde dans linterprétation dun thème une grande importance aux nœuds lunaires et aux planètes rétrogrades.

Le courant dastrologie conditionaliste de Jean-Pierre Nicola sorganise en 1980. Le centre dorganisation du Mouvement dastrologie conditionaliste (COMAC) entend regrouper ceux qui soutiennent que le thème de naissance nest pas un absolu. Ses membres qui ne se situent pas dans une perspective symboliste, estiment quil est indispensable dinterpréter ces configurations célestes en fonction des conditions terrestres définies par l’hérédité, l’éducation, les déterminismes familiaux et socio-culturels de chaque époque.

Le courant humaniste, quant à lui, se constitue autour dAlex Ruperti qui publie en 1981 Les cycles du devenir (16). Ce grand voyageur, ainsi que quelques uns de ses disciples (notamment Jean-François Berry), sillonnent la France pour diffuser la pensée de Rudhyar. Le nombre de leurs élèves augmentent très rapidement. Ils décident en 1984 de sorganiser en association et crée le réseau dAstrologie Humaniste (le R.A.H.).

En 1986 le GERASH traverse une grave crise qui aboutit à sa dissolution. Maurice Charvet, qui était lun des piliers du GERASH, fonde le « Centre de documentation et de recherches en astrologie » (CEDRA). Il poursuit la publication de la revue Astralis, met la base de données de naissance sur Minitel. Il crée « Maison III » une lettre bimestrielle dinformations et édite des ouvrages astrologiques à des prix très abordables, dont la très pédagogique initiation aux directions primaires de Danièle Jay (17). Il organise de temps un temps un congrès. Lassociation va se développer régulièrement pour devenir le groupe astrologique français le plus important. Le Cedra ne fonctionne plus en sappuyant sur des cercles locaux. On notera que dans CEDRA il ny a plus de « H » ni de « S ». Labsence de H est logique puisque existe maintenant le RAH. Mais, ce qui est plus significatif, cest la perte du « S ». Se reproduit ainsi la répétition de ce qui sétait passé avec le CIAS qui avait perdu son « S » en 1947. On verra dans quelques instants comment ce « S » va bientôt réapparaître.

On notera autour de 1985 deux tentatives de fédération. Danièle Rousseau regroupe en 1984 au sein de la Fédération Francophone dAstrologie (F.F.A) Alex Ruperti, Marief Cavaignac, Jean-François Berry, Marielle Garel, André Barbault, Joëlle de Gravelaine, Solange de Mailly Nesle, Yves Lenoble tandis quun groupe concurrent se crée en 1985 autour de Denise Daprey, la Fédération des Enseignants en astrologie (F.E.A.). La F.F.A. donna loccasion à Marielle Garel, Solange de Mailly Nesle, Marie Cavaignac, Jean-François Berry et Yves Lenoble de se rencontrer. Par la suite ils se retrouvèrent régulièrement et créèrent lassociation « Mercure » dans le but dorganiser des stages dété.

Solange de Mailly Nesle, qui a déjà publié deux ouvrages importants Lastrologie (18) et lEtre cosmique (19) sassocie en 1989 avec trois astrologues (Joëlle de Gravelaine, Aline Gorry et Yves Lenoble) et une psychologue pour créer le Groupement des Astropsychologues Professionnels (GAPP) devenu rapidement lAssociation Générale des Astropsychologues Professionnels (Agapè).

Ce courant préconise une approche symbolique de lastrologie et juge indispensable denseigner aux élèves les notions psychologiques de base. Lécole va connaître une belle expansion. Martine Barbault, Marie-Noëlle Baudron et Catherine Gestas (qui dirige elle-même une école dastrologie) ont rejoint le premier noyau. Catherine Aubier, Lynn Bell, Frédérique Dambreville y ont donné pendant plusieurs années des cours. Lécole regroupe maintenant dix astrologues, trois psychologues.

C La synergie salon / congrès malgré  les scissions au sein du milieu astrologique

LARRC, soutenu par les membres de « Mercure » a organisé en mars 1990 des journées détudes sur Mercure qui ont réuni 150 personnes. LARRC a renouvelé lexpérience au Palais des Congrès les années suivantes en couplant le congrès avec un salon. Le salon (organisé par Marie Mercier et Francis Santoni dAuréas, José Gonzalès de Logistel et Christophe de Cène dAsteria) permet aux éditeurs de livres, aux libraires, aux responsables dassociations astrologiques et aux concepteurs de logiciels de se faire connaître. Particularité du congrès suivi chaque année par plusieurs centaines de personnes : on peut y entendre chaque année un astrologue venu de létranger ou une personnalité qui nest pas astrologue mais dont les connaissances peuvent être très utiles aux astrologues. Ainsi sont venus successivement Alain Toussaint, Charles Harvey, Liz Greene, Stephen Arroyo, Annick de Souzenelle, Jean Yves Leloup, Dominique Levadoux, Bernard Melguen, Pascal Charvet, Robert Hand, Guiseppe Bezza, Grazia Mirti, Dante Valente, José Luis San Miguel de Pablos. Sep-Hermès publie les actes de ces congrès quatre mois plus tard. Les sommaires des actes des congrès passés sont consultables sur le site sephermès (20). Cette synergie met en évidence la structure en réseau qui est devenue la caractéristique de lastrologie française depuis la disparition du Centre International dAstrologie.

En 1992, Francis Santoni, Françoise Gauquelin, Yves Lenoble et Suzel Fuzeau-Braesch (du Centre National de la Recherche Scientifique) créent le groupe « Recherche en astrologie par des méthodes scientifiques » (RAMS). Le « s » perdu revient. Francis Santoni, créateur en 1986 de la société Auréas qui produit et diffuse les éphémérides et les logiciels astrologiques les plus utilisés en France, met ses compétences informatiques au service de ceux qui sintéressent aux recherches dordre statistique. Suzel Fuzeau-Braesch, qui a longtemps dirigé un laboratoire de biologie à la Faculté des sciences dOrsay près de Paris, profite de cette aide. Elle a publié le nouveau Que sais-je sur lastrologie (21) qui donne de notre discipline une présentation beaucoup plus objective que celle proposée jadis par lastronome anti-astrologue Paul Couderc. Elle fait part des résultats de ses recherches dans les Cahiers du RAMS qui paraissent une fois lan. Ses recherches sur les jumeaux seront publiées dans son ouvrage  Lastrologie : la preuve par deux  (22). Didier Castille a rejoint le RAMS. Ce chercheur effectue des recherches statistiques sur lhérédité astrale à partir de millions de données obtenues auprès de lInstitut National de la Statistique et des Etudes Economiques (INSEE).

En 1992 Robert Jourda quitte le CEDRA et crée le Rassemblement des Astrologues occidentaux (RAO). Ce groupe va reprendre la tradition du GERAS davoir une présidence tournante, dimplanter des cercles locaux. Il innove en incitant les astrologues à passer des mémoires à la fin de leur formation. La présidente actuelle Michèle Raulin (qui a succédé à Yves Christiaen) organise chaque année une ou deux sessions de soutenance de mémoire. Franck Nguyen est, quant à lui, responsable de la revue de lassociation 3*7*11.

Une scission du RAO a lieu en 1995 et donne naissance le 21 mars 1996 à la Fédération des astrologues Francophones (FDAF). Cest Alain de Chivré qui en est le président depuis sa fondation. Il entend promouvoir lastrologie auprès des medias et du grand public et obtenir une reconnaissance de la profession auprès des pouvoirs publics.

A la fin des années 90 laccent est mis également sur lastrologie ancienne. Plusieurs astrologues sintéressent au projet américain « Hindsight Project » qui sest donné pour tâche de traduire le maximum de textes anciens en anglais. Denis Labouré, qui navait pas attendu cette période pour sintéresser à cette forme dastrologie, sest fait lécho de toutes ces recherches dans son ouvrage « Les origines de lastrologie » (Rocher, 1997).

D) Le succès dInternet accentue le développement de la structure en réseau de lastrologie française

Les astrophiles français semblent sadapter à la multiplicité actuelle des revues, des écoles et des associations. Certains sont membres de plusieurs associations, suivent lenseignement de plusieurs professeurs et sabonnent à plusieurs revues : Lastrologue, Astralis, voire Urania, la revue dArielle Aumont créée en 1991.

Les astrologues ont su depuis 1997 tirer parti de cet outil incomparable quest Internet. Le Cedra crée, outre son site, une liste de diffusion comprenant plus de 200 participants. Fanchon Pradalier Roy, directrice de collection au Rocher, crée Univers-site. Ce site dispense sur Internet un enseignement de lastrologie et publie chaque mois une revue dans laquelle plusieurs astrologues écrivent régulièrement. Une université dété à Montpellier permet chaque année aux membres de ce site de se retrouver.

Patrice Guinard qui a soutenu en Sorbonne en 1993 une thèse de philosophie sur lastrologie crée en Novembre 1999 sur Internet le Centre universitaire de recherche en Astrologie (CURA) qui fonctionne à travers un journal en français, anglais et espagnol.

CONCLUSIONS ET PERSPECTIVES

La structure en réseau qui caractérise actuellement notre astrologie est-elle une preuve de vitalité ou bien une preuve de dispersion ? Traduit-elle la richesse de notre milieu ou bien notre incapacité à nous organiser collectivement ? A chacun dapprécier la situation actuelle de lastrologie française.

Quoiquil en soit, il est incontestable que 1967 1974 a été une période particulièrement meurtrière qui marque encore le milieu astrologique français. Des réconciliations seraient les bienvenues afin daméliorer le climat. Pour lavenir il me semble au moins nécessaire doeuvrer dans trois directions :

  • poursuivre le travail sur les textes anciens  afin de mieux connaître la pensée de nos prédécesseurs ;

  • continuer lœuvre de modernisation et dadaptation de lastrologie ;

  • continuer la vérification aussi bien des postulats de lastrologie ancienne que de lastrologie moderne.

Lentrée dUranus en Poissons devrait aider à aller simultanément dans ces diverses directions. Puissions nous grâce à cette configuration continuer à développer notre spécificité française tout en multipliant nos liens avec les astrologues des pays voisins. Cest ce que nous avons commencé à entreprendre au sein de la FAES (24) avec nos confrères italiens, espagnols et grecs en 2000 à Mykonos et lété dernier à Montpellier. Cest ce que nous continuerons de réaliser lan prochain en Italie lors du congrès biannuel de la FAES.

BIBLIOGRAPHIE

(1) Fomalhaut, Manuel dastrologie sphérique et judiciaire, Vigot, 1897

(2) Selva H., le XXIème livre de Morin de Villefranche, Théorie des déterminations astrologiques, Editions Traditionnelles, Paris, 1902 (réimpression 1984)

(3) Choisnard P., Le langage astral, Paris, Chacornac, 1903

(4) Herbais de Thun C., Encyclopédie du mouvement astrologique de

langue française, Demain, Bruxelles, 1944

(5) Actes du congrès de 1937, SAF, 1937

(6) Barbault A., Analogies de la dialectique Uranus- Neptune, Editions

traditionnelles, 1950

(7) Le 7ème congrès international d’astrologie de 1953, Astrologie moderne n°10

(8) Gauquelin M., L’influence des astres – Etude critique et expérimentale

Le Dauphin, Paris, 1955

(9) Barbault A. De la psychanalyse à l’astrologie, Le Seuil, 1961

(10) Barbault A. Traité pratique d’astrologie, Le Seuil, 1961

(11) Barbault A. Les Astres et l’Histoire, Pauvert, 1967

(12) Santagostini C., L’horoscopie cartésienne, Editions traditionnelles, 1965

(13) Nicola J.P., La Condition solaire, Editions Traditionnelles, 1965

(14) Halbronn J., le Guide de la vie astrologique, Guy Trédaniel et Grande

Conjonction, 1984

(15) Andrieu I, Initiation à l’Astrologie d’évolution, Dangles, 1980

(16) Ruperti A., les cycles du devenir, Le Rocher, 1981

(17) Jay Danièle, La pratique des directions primaires, Cedra, 1993

(18) Mailly Nesle S., L’astrologie, Nathan, 1981 (réédité aux Editions La Martinière, 1994)

(19) Mailly Nesle S., L’Etre cosmique, Flammarion, 1985

(20) Actes des congrès Sep Hermes dont les sommaires se trouvent sur le site www.yveslenoble.com

(21) Fuzeau Braesch, S., L’astrologie Que sais-je ?, Paris, 1989

(22) Fuzeau Braesch, S., L’astrologie : la preuve par deux, Laffont, Paris, 1992

(23) Labouré D., Les origines de l’astrologie, Le Rocher, 1997

(24) www.aureas.org/faes/francais témoigne des travaux de la Fédération d’astrologie d’Europe du Sud (FAES) 

Ce contenu a été publié dans Astrogénéalogie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *